Le moindre savoir d’un chien au soleil

Le moindre savoir d’un chien au soleil

Se divisent et se regroupent les poils si glissants

Au souffle et à bout de souffle, apparaissent les parties diverses

Sa queue maintenue, son cœur suspendu

Aux sommeils lointains à nous inconnus

Milles feuilles tombent mais ils sont intacts, les pas d’hier

Et derrière le mur existe un arbre

C’est cet arbre qui s’appelle l’écrivain

On lui propose, on lui demande

On l’interroge, on le séduit,

Suivant le lien, marchant vers le seuil

C’est le bateau naufragé que voit l’écrivain

Mais il n’atteint pas plutôt il attend

Il attend sans respirer, ce chien au soleil

Pour qu’il vienne mais avec la volonté de rupture

Pour qu’il vienne surtout en persistance du monde

Courir, courir sous ces milles feuilles

Ensuite, s’arrêter devant le mur ou sous l’arbre

Comme il veut et comme il peut, dépendant d’un chemin fait des étoiles

Des étoiles de la nuit, et si c’était pour ce soir,

Où l’on ne regarde plus l’arrogance de la vérité

Ni la jeunesse d’un acrobate dans la prairie

Où ne se trouve rien de rien

Mais il hésite, notre écrivain

Que le chien aime cette prairie si vaste et si variée

Elle lui offre un lien et le temps à jouer

Il mime le soleil et l’arbre aussi

Il n’a besoin de rien pour ce moment dans la prairie

L’écrivain regarde sur le seuil

L’écrivain imagine d’un jour où il pleut

Il imagine aussi un chien sans la queue

Il n’imagine pas que cela

Il entend le bruit de ce moment

Puis il prend quelques stylos en couleurs et décide de remplir

Cet espace vert qui n’est pas le sien

 

 

 

A la Moquette, 01/02/2018

Cadre de l’atelier d’écriture